Commentaire de bakerstreet
sur Bilqiss


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

bakerstreet bakerstreet 11 mai 2016 14:21

Je fais c’est vrai ici référence au prétexte évoquée par votre auteur : Le viol fait dans une autobus à New dehli, et dont vous dites qu’il inspira le roman...

Ce qui pose tout de même le transfert d’un fait divers d’une société à une autre. Il y eut à Delhi de grandes manifestations pour imposer le jugement des coupables, afin de faire pression sur la justice. Donc, la société civile doit se mobiliser pour faire avancer les choses,dans des sociétés patriarcales. Violer quelqu’un, c’est soit le détruire, soit le changer en fauve, une autre forme de destruction la aussi ; mais attention à la sainte colère de certaines. En inde le personnage de Poolhan davi défraya la chronique. Cette jeune intouchable victime d’un viol collectif, exécuta plus tard ses bourreaux, se fit « reine des bandits », échappa à la justice pendant plusieurs années, fut jugé, emprisonnée, libérée, devient députée, avant de se faire assassiner...Résultats de recherche

Voir ce commentaire dans son contexte