Commentaire de Layly Victor
sur Les causes (méconnues) du conflit syrien


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Layly Victor Layly Victor 18 juin 2016 13:53

@Shopi

La diplomatie française au proche Orient, vieille de cinq cents ans, a été complètement ravagée, sous la houlette des agents sionistes Fabius et BHL, ce qui n’exonère pas la classe politique française de son immense responsabilité.
Les principaux médias français sont propriété de capitaux sionistes. Il suffit donc d’observer leur positionnement sur la guerre en Syrie pour savoir quel camp Israël soutient. Votre attitude particulièrement roublarde, dans le style « on ne comprend pas ce qui se passe » ne trompe personne.
Par exemple, la nouvelle stratégie d’Israël pour faire exploser la Syrie est de favoriser la création d’un état Kurde. Aussitôt, production d’un documentaire sur les Peshmergas kurdes par l’agent sioniste BHL, et sa réception en grande pompe sur I-télé (devinez les propriétaires ?). Il dit que les Kurdes sont le nouveau rempart de l’occident. Je cite ce grand malade : « ils sont tellement intelligents, courageux, disciplinés, etc...ils sont presque comme Tsahal ! Avec toutes ces qualités, un Kurdistan Syrien serait le pendant d’Israël (un deuxième peuple supérieur) pour contrôler le proche Orient. »
C’est pas beau ?

Comme par hasard, on apprend dans l’instant la construction d’une base française près de Kobané, un acte de guerre en violation délibérée du droit international. Une provocation qui peut conduire à l’embrasement, soutenue par les gesticulations guerrières de Kerry et Obama, ces pauvres types.

Je suis d’accord avec vous sur l’attitude honteuse de la France, mais ce n’est pas la France qui tire les ficelles. Même si les instances sionistes ont obtenu pour Hollande le prix de « dirigeant mondial le plus influent de l’année », prix qu’il doit recevoir en Septembre. Un bonnet d’âne, en quelque sorte.


Dernière question. Veuillez pardonner mon indiscrétion. Vous êtes Français ou Israélien ?

Voir ce commentaire dans son contexte