Commentaire de Gandalf
sur Brexit. Quand les sentinelles du capital crachent sur le peuple


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Claude Simon Gandalf 7 juillet 2016 22:14

@Fifi Brind_acier


Oui enfin, la guerre des monnaies, c’est déjà fait.
Effectivement, le Brexit pourrait la relancer.

Mais avec tout les taux obligataires négatifs (pour une capitalisation de 11 700 milliards d’après le Wall Street Journal), les banquiers centraux ne peuvent plus jouer ce petit jeu.

Et comme le soulignait un des leurs récemment, la dévaluation compétitive ne fonctionne que lorsque l’on est le seul à le faire.

A votre décharge, le retour du franc serait accompagnée d’une dévaluation sans imprimer.
Mais je ne suis pas certain que la solution retenue par l’upr interrompe tant que cela la concurrence libre et non faussée entre salariat, semi-esclavage et esclavage issu de la mondialisation.

Voir ce commentaire dans son contexte