Commentaire de Gandalf
sur Brexit. Quand les sentinelles du capital crachent sur le peuple


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Claude Simon Gandalf 8 juillet 2016 08:01

@Fifi Brind_acier


Ca doit être du fait que, comme l’a précisé tel banquier central UK (je ne sais plus si c’est King ou Carney, ça doit être King), la crise européenne de surendettement des états qui ont rachetés la dette des banques suite a la crise des subprimes a été sciemment utilisé pour les affaiblir et pousser dans le sens du fédéralisme.

Ces 300 milliards de dettes privés convertis en dette publique par Sarkozy (jamais vu autant d’argent investi dans des taudis, US, sans droit de propriété de surcroît), ont été suivis d’une politique austéritaire. 

Puis, quand la planche à billets est revenue, de casse sociale.

Sans parler des divergences dans Target2, qui semblent convenir aux allemands afin d’imposer leur diktat budgétaire aux autres états (avec courroi de transmission Juncker, puisque hier, après des tergiversations, il a rappelé Espagne et Portugal à l’ordre, ordre provenant de Berlin).

Mais non, ce n’est pas suffisant. Car cela revient à protéger l’entourage des banquiers centraux des manipulations bancaires. Et protéger ainsi banquiers, politiques de délis d’initiés dont nous n’aurons jamais connaissance. Les vrais délits d’initiés, pas les petits dont seul l’AMF se porte le gendarme.

Ne vous méprenez pas, un banquier central a droit de vie et de mort sur l’emploi. Je vous pose la question : mais de quel droit ?

Voir ce commentaire dans son contexte