Commentaire de jack mandon
sur La Suisse, communauté de l'être et société de l'avoir


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jack mandon jack mandon 24 juillet 2016 12:04

@Taverne

Dans les deux mais sous des formes différentes. Compte-tenue de la complexité de notre nature.

Cependant, prenons l’exemple d’une action sportive, la tendance à l’avoir est compétitive, le plus vite, le plus loin, le plus grand etc...
Effet finalement culturel trivial.
Dans le cas de l’être, le plaisir, le jouir dans une optique plus naturelle, moins sujette aux risques de dépassement qui entraînent des complications physiques. Plus à l’écoute du tempérament et de ses besoins authentiques. Le plaisir d’être est au fond plus subtil et plus respectueux des lois naturelles, de plus, il ne dérange personne, il est donc un facteur de paix et de partage amical. C’est la concorde primitive, notre nid originel, mais comme des oiseaux fragiles, nous avons la sensation d’avoir été balancé hors du nid. Impression plus ou moins nébuleuse qu’il nous manque quelque chose.

Vous voyez bien que les humains marchent sur la tête, dans les plus petites choses de la vie...ça commence à l’école avec des enseignants embrigadés dans le système, donc sans pédagogie vraie. Les systèmes fabriquent la vie, ils ne la vivent pas.

Dans cet élan de lucidité, l’amour humain est très imprégné de l’avoir. Je t’aime signifie je m’aime chez toi.
Exemple, un mari se montre courtois et poète avec son épouse, dans un mot, un acte, il obtient dans l’immédiateté un regard amoureux suivi peut être du je t’aime de son épouse.
Dans la tête de la compagne...je suis belle à tes yeux, comme je m’aime à travers toi...pirouette inconsciente, je t’aime. C’est l’amour humain, c’est bien sûr préférable aux injures et aux coups.
Mais l’amitié est d’essence de l’être, ce qui veut dire aussi que la révolution néolithique avec sa cohorte de conséquences troubles
et déshumanisantes n’a pas tué la nature humaine dans son intégralité. C’est à mon sens bien encourageant.

On pourrait comme cela développer à l’infini.

Bon Dimanche Taverne


Voir ce commentaire dans son contexte