Commentaire de philippe baron-abrioux
sur L'Europe et le révisionnisme historique de la Croatie


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

philippe baron-abrioux 25 juillet 2016 12:13

@cathy

BONJOUR CATHY ,

 dans mon profil ,j’ai omis de préciser que j’avais fréquenté les Jésuites pendant douze ans dont cinq années en pensionnat complet à Sarlat .

vous écrivez que , puisque ou parce que le pape François est un Jésuite , il n’y aurait rien à attendre de bien de sa part . c’est votre avis et je le respecte .

 je me permets seulement de vous rappeler quelques points ; les Jésuites ont une organisation distincte ,qui leur est spécifique ,hiérarchisée de façon militaire ,sous l’autorité d’un Général ( général des Jésuites ) .les Jésuites ont longtemps été interdits d’existence par le Vatican . le Général ayant même reçu le surnom de « pape noir » .

 à l’heure actuelle les Jésuites se consacrent principalement au secteur de l’éducation après avoir longtemps été des missionnaires ,principalement en Afrique,Amérique du sud et en Asie ,dont la Chine y compris auprès de l’empereur .

 le mode d’expression des Jésuites que l’on compare à de la fourberie ou au mieux à des discours qui ménageraient la chèvre et le chou est souvent raillé .

mon expérience personnelle auprès d’eux me conduit plutôt à dire que leur pratique en matière d’enseignement et d’éducation est plutôt novatrice .

 mes camarades de pensionnat et moi avons vécu nos trois dernières années (de la seconde à la terminale ) en « équipes( de 12 à 15 élèves) » et en auto- discipline . un chef d’équipe était élu par les élèves de chaque équipe à la fin de l’année scolaire pour prendre cette responsabilité l’année suivante dès la rentrée , les terminales devenant parfois moniteurs- aidants des élèves de seconde .

dans notre collège ,toutes les religions étaient représentées , toutes les origines sociales (par un système d’aide interne) , ainsi que toutes les origines géographiques, ethniques ou linguistiques .

 je ne fais là que dire ce que j’ai vécu en précisant que j’ai apprécié l’ouverture d’esprit que j’ai rencontrée , que ce soit au niveau confessionnel ,philosophique ou même politique  : j’ai vécu mai 1968 au collège et parmi les enseignants ,celle d’Allemand , sympathisante ouvertement communiste , a pu reprendre les revendications exprimées dans les cortèges et parler librement du socialisme et de Karl Marx que nous avons aussi étudié en classe de Philo .

 parmi les enseignants ,l’un d’eux était un réfugié politique tchèque ,un autre un réfugié maronite libanais .

 les Jésuites , ceux que j’ai connus en tous cas , et je les en remercie encore , se sont toujours montrés ouverts au débat d’idées ,sans jamais renoncer aux leurs mais en permettant que chacun s’exprime s’il en voyait la nécessité pour peu qu’il soit capable d’argumenter la thèse qu’il soutenait et en respectant les positions de son adversaire qui ne devait jamais être considéré comme un ennemi : la nuance est d’importance . c’est aussi dans ce collège que nous avons pu librement pendant une semaine échanger avec un moine orthodoxe , responsable d’une communauté monastique du Sud de la France . j’y avais un ami qui était protestant ,dispensé des prières à la chapelle et un autre bouddhiste laotien .

mes camarades et moi avons presque tous bien conscience d’avoir vécu une expérience « privilégiée » lors de ces années d’internat et nous nous retrouvons tous les ans pour un repas de notre association d’anciens vieille cette année de ... 166 ans .

 désolé pour la longueur de mon message mais la caricature souvent faite des « Jèses » ne correspond en rien à ce que j’ai vécu pendant les douze années à leur contact à Bordeaux ou à Sarlat .

pour ce qui est de votre mention aux nazis , je vous laisse la responsabilité de vos écrits , même les plus inutilement agressifs .

 bonne fin de journée .

 P.B.A

  .


Voir ce commentaire dans son contexte