Commentaire de EtincelledeMer
sur La Suisse, communauté de l'être et société de l'avoir


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

LionBlanc EtincelledeMer 24 août 2016 14:47

Lettre à une amie suite et fin :

Cela dit, tu as raison et les produits vendant et ventant des histoires mirobolantes se multiplient et certains forums en sont constellés.
On en arrive à lire des choses totalement hallucinantes.

Même si des ET existent quelque part dans l’univers, cela signifie qu’il y a d’autres êtres que nous, donc, probablement d’autres formes de vies.
Ces êtres ne se situent pas « à côté », donc s’ils s’intéressent à nous, ils viennent de loin. N’ont ils pas croisé d’autres formes de vies plus intéressantes que la nôtre ?
Ou encore savent ils que nous existons, ou sont ils, eux aussi, dans leur coin d’univers à se demander ce qu’il y a, au loin ?

Quoi qu’il en soit, mêler les ET, mettre du quantique sur la première théorie fumante, avec des images grandiloquentes, d’êtres plus beaux que des nuages…déjà, vu de façon très terre à terre :

cela témoigne d’une absence de réflexion (pourquoi des ET s’intéresseraient ils à nous ?) et d’un mépris sans nom pour tout ce qui existe :
les êtres terrestres ne sont pas assez attrayants  ?
d’autant qu’ils ne sont pas encore tous connus, surtout de ceux qui passent leur temps à enfumer les autres, au lieu de regarder autour de eux.

Il faut inventer des « hommes aux couleurs de l’arc en ciel » ou je ne sais qu’elle chimère et inventer (encore !) des élus humains, qui seront choisis pour leur beauté intérieure ?

et bien à partir du moment où l’on cherche plus beau que ce que l’on a sous les yeux (donc mépris de ce que l’on a sous les yeux), que l’on considère qu’il peut y avoir des élus et donc des « laissés à leur sort », je ne vois pas où se trouve la beauté intérieure qui pourrait donner à d’hypothétiques êtres évolués l’envie de sauver de tels prétendus élus.

Nous sommes donc, du même avis, il semblerait Jack, libérer l’être ne passe que par une implication totale et par rien d’autre.


Voir ce commentaire dans son contexte