Commentaire de Armand Simon
sur Planète vivante ? Pour combien de temps ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Larry Bird Armand Simon 4 novembre 2016 00:38

@Pierre Régnier

Je suis assez d’accord avec vous, réduire l’exploitation des ressources épuisables et stopper la mascarade politicienne est une nécessité aujourd’hui. Par contre, même si au vu du contexte je comprend l’emploi du mot « radical », inverser brutalement la vapeur comporte aussi certains risques, puisque les thèmes de vos « décisions » touchent aussi au fait anthropologique. La machinerie c’est la ligne du temps, et c’est en ce sens que les caractères catastrophiques et prometteurs semblent intrinsèquement liés. Ils se conditionnent mutuellement. C’est bien au travers de l’art de la guerre que sont nés de nombreux progrès au cours des derniers millénaires. Et c’est aussi dans la douleur qu’avance l’évolution depuis la nuit des temps. Et puis, exactement comme vous le présentez, erreurs et excès sont capables à termes de renforcer et de cadrer l’aspect prometteur.

L’enjeu de la conscience est une chose monumentale, et nous n’en sommes qu’aux balbutiements. Inter-agir volontairement sur la destiné de notre espèce et de notre milieu, c’est là tout le défi qui nous est posé par la Nature. Reste à le pratiquer à bon escient. Il nous aura fallu ces catastrophes pour comprendre la réalité de cette mutation, et réaliser l’ampleur des responsabilités qui accompagnent le progrès technique.

La centralisation doit aussi être relâchée il me semble, elle est beaucoup trop risquée à l’échelle du monde. Plus l’échelle est large, plus il faut de la souplesse.

Je ne suis pas sûr que le problème de la sur-population soit si urgent que cela, puisque c’est en fait seulement une minorité qui provoque tous ces problèmes. C’est plutôt la manière de faire.

Ça me fait ainsi penser au paragraphe « Surpopulation », situé vers la fin de cet excellent billet :

http://mccomber.blogspot.fr/2007/07/le-mauvais-sicle-annexe-1-les-tampons.html


Voir ce commentaire dans son contexte