Commentaire de Alren
sur La trahison de Mitterrand et du Parti Socialiste … et les positions ambigues du PC


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Alren Alren 22 décembre 2016 12:45

@Jeussey de Sourcesûre

Excellente analyse ! 
L’attitude catastrophique du PCF en 1968 est due à une sclérose déjà sensible du parti, certes, mais aussi aux injonctions de l’URSS de Brejnev. (N’oublions pas que Jacques Duclos, candidat à la présidentielle de 1969, avait été un agent du Komintern, chargé de transmettre au PCF les directives de Moscou et de surveiller, pour rendre compte au Kremlin, le comportement et les opinions des dirigeants du parti.)
Le numéro 1 russe désirait en effet conserver un de Gaulle au pouvoir en France car celui-ci menait une politique lucide d’indépendance vis-à-vis des USA et de l’OTAN. Dans le même temps ce conservateur craignait que s’institue en France un régime politique de socialisme et de liberté qui aurait pu séduire les pays de l’Est placés sous la coupe étouffante des Russes ; régime dont ils ont écrasé une version en intervenant militairement en Tchécoslovaquie en juillet 1968, régime qui était soutenu avec conviction par une forte majorité de travailleurs et étudiants de ce pays mais qui aurait conduit progressivement à une rupture avec l’URSS à l’image de la Yougoslavie de Tito.

Des régimes non-capitalistes mais ne se réclamant pas de Moscou, voilà qui était insupportable pour Brejnev et sa clique.


Voir ce commentaire dans son contexte