Commentaire de jesuisdesordonne
sur La face sombre de Wikipedia (1) : le cas François Asselineau


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jesuisdesordonne jesuisdesordonne 5 mars 2017 23:13

@Obamette
Le propre des collabos est de faire une belle carrière en se soumettant aux puissants.
Annie LACROIX-RIZ a montré que les milieux les mieux informés savaient dès juillet 1941 que les américains finiraient par tirer les marrons du feu de la guerre. Toute l’habileté des collabos consistait donc à travailler avec les nazis tout en se soumettant aux américains qui avaient un ambassadeur à Vichy et travaillaient avec les allemands depuis la Suisse et le Vatican lui-même dépendant financièrement des américains et de l’Allemagne en vertu du concordat.
Dans les années 30 le patronat européen ainsi que des américains ont financé la campagne électorale d’Hitler.
Les mêmes et notamment des américains ont financé la guerre des fascistes nazis contre les communistes car ces communistes auraient pu donner des idées aux autres communistes d’Europe de l’Ouest et des USA. Il convenait donc de les éradiquer à l’instar des anarchistes et de leur collectivisation réussie espagnole de 1936 qui avaient mis en péril les poncifs capitalistes, communistes et ecclésiastiques. En outre, beaucoup d’américains, ou autres, avaient des investissements financiers en Allemagne qui leur ont valu de gros retours en or ou en parts de capital pendant la guerre (filiale FORD, IBM... Rockfeller avec la Standard Oïl a vendu de l’essence aux allemands jusqu’en 1945 y compris après Perl Harbor, l’Allemagne en étant dépourvue. Voir Jacques PAUWELS).
A l’issue de la guerre, les américains ont récupéré des technologies et des propriétés allemandes mais aussi des cerveaux allemands utiles et assez bien faits pour expliquer qu’ils ne s’étaient pas battus pour les nazis mais contre les communistes et pour les américains. Nuance dans la disposition d’esprit.
Probablement que Walter Hallstein avait un cerveau capable d’obéir toujours au plus puissant.
Il convenait aussi, pour les profits des investisseurs en Allemagne et du Vatican, qu’à l’issue de la guerre l’Allemagne ne paie pas les dommages de guerre ou le moins possible à l’URSS, que ces investissements soient protégés par l’OTAN et prospèrent au sein d’un grand marché européen qui avait montré tout son potentiel pendant la guerre en écrasant toutes les revendications des producteurs de richesses.
Quant aux anarchistes, nous en reparlerons plus tard quand ils seront dotés de la puissance nucléaire...


Voir ce commentaire dans son contexte