Commentaire de Attilax
sur Lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Attilax Attilax 20 mars 2017 10:57

@Hervé Hum
vous êtes, comme les autres, dans l’incantation et la logorrhée.
Regardez, comme c’est simple pourtant, d’un côté on a le slogan :
« l’Europe, on la change ou on la quitte »
Concept assez basique, vous le reconnaîtrez, dans lequel les partisans de la sortie (et vous en avez beaucoup) pouvaient se reconnaître.

et vous me dites que j’aurais du comprendre :
"Le plan A, c’est on essai de négocier à l’intérieur de l’UE actuelle pour inverser la relation entre le social et l’économie. Le plan B, c’est on met en application cette inversion pour notre pays et on invite tous les gouvernements des pays partageant cette même volonté politique, de mettre en place cette politique en dehors donc de l’UE actuelle et en créant une autre UE mais où la logique veut qu’il n’y ait plus de limite intrinsèque à celle ci, c’est à dire, qu’elle ait vocation à être universaliste, sinon, cela n’aurait pas de sens. Si on veut la paix et la fin de la domination d’une minorité sur tous les autres, l’harmonisation sociale et fiscale doit être universelle. Comme disait Thtatcher, c’est non négociable, et cela s’appuie non pas sur cette minorité prédatrice, mais sur tous les citoyens.« 

Vous ne voyez vraiment pas de différence entre les deux propositions ? Qui est malhonnête ?

Vous pouvez toujours m’accuser de tous les maux, ça ne changera rien au fait que les europhobes qui pouvaient adhérer au programme de la FI ne le peuvent plus, car contrairement à ce que vous dites, la proposition d’origine a changé. Je n’invente rien, on est passé de ’on la change ou on la quitte’ à ’on la change ou on la change’.

Comment pourrais-je ne pas être en colère devant ce revirement ? Vous faites un boulevard au FN en refusant d’assumer vos positions ! »On n’est pas des nationalistes, on veut pas quitter l’UE, c’est les fachos qui veulent quitter l’UE", voilà le message de lundi ! Une fois de plus, la gauche abandonne les clés de la nation à l’extrême droite pour sauver une UE chimérique qui n’existera jamais. Pour les europhobes, désormais, il n’y a plus d’autre voie (à part Asselineau, mais qui le connait ?), prenez la mesure des conséquences de votre trahison, s’il vous plaît, avant de juger la mienne !
Vous réfléchissez comme si vous étiez un bloc majoritaire, mais ce n’est pas le cas ! Si vous vous coupez de la moitié de vos électeurs, votre histoire fera ’pschittt’, c’est une évidence.


Voir ce commentaire dans son contexte