Commentaire de Goda
sur Danièle Obono : le droit au racisme inversé ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Goda Goda 29 juillet 2017 18:01


je ne suis pas sûr de bien comprendre la polémique soulevée ici dans cet article mais aussi dans les piètres commentaires qui le suivent...

En gros, des journalistes (... de RMC) ont demandé a une politique (... de la FI) de bien vouloir donner la papatte... de faire un sourire banania... et la personne refuse (hanlalaaaa... elle est pas docile la bougresse...) et donc cette femme se voit du coup affublée illico presto de toutes les tares et traitrises et se voit mise en procès avec force affabulations et petits arrangements de representations caricaturales et honteuses ?

Ca vous dirait à vous, qu’un journaliste a la con et qui ne connait de votre vie que ce qui est stipulé dans sa micro fiche google vous donne des ordres... (débiles)... dont l’execution sommaire dans la seconde serait preuve de votre bonne foi et de votre patriotisme voire de votre efficacité en tant que politique ?
Cela vous parait honnête de parler « d’eradication de la race blanche » alors que le sujet était plutôt l’arrêt de la « SUPREMATIE blanche » ? 
SUPREMATIE BLANCHE ne veut pas dire race blanche.
Tous les blancs n’ont pas vocation à être suprématies (et heureusement, non ?.. on me dit dans l’oreillette que des fois.. non.. bon je le note).
Ces glissements de sens ne font que démontrer l’énorme mauvaise foi de ceux qui osent tenir ce genre de propos en se prétextant objectifs. Cet article est une bouse haineuse aux relents racistes prononcés.
Je lis beaucoup de commentateurs qui sont comme des hyènes autour d’autres qui au contraire argumentent et donnent des sources et ouvrent des fenêtres d’analyse au moins... et ce, sans rentrer dans le pathos mielleux ni la morne representation pseudo patriotique avec raideur dans le bras droit, crucifix dans la gauche, et servie bien froide afin de vous faire sentir dans votre bon droit mesdames et messieurs les commentateurs fielleux. Note spéciale pour les éternels suprematistes assumés de ce site qui ne font que répéter leur mantra de guerre civile a la con imbibé d’hallucinations arrosées au whiskas.

Note : les rappeurs. Les rappeurs ne sont pas une caste. Ni une communauté de gens. 
Goldofaf n’est pas (un rappeur) Kerry James qui n’est pas Akhenaton, qui n’est pas Joey Star, qui n’est pas Booba, qui n’est pas Run DMC, qui n’est pas Snoop Dogg, qui n’est pas Mad Child, qui n’est pas Method Man, qui n’est pas ODB, qui n’est pas A$AP Ferg, qui n’est pas Aesop Rock, etc.
Le rap n’est pas un dogme. Cela m’émerveille de constater a quel point le rejet rend les gens aveugles. Les memes. Toujours les memes...

Mais que c’est honteux une élue NOIRE qui refuse de donner la patte sur commande d’un chien de garde du système. Oh comme c’est mal. Ce genre de rebellion fait le lit de l’attirance... c’est cela oui... bien sûr ! Elle ne veut pas faire courbette sur ordre d’un journaliste ? Elle est cap elle est pas cap ? de chanter la marseillaise en verlan ? Ahhh merveilleuse France.. qui sait prendre ses couleurs chatoyantes dès lors que la crise pointe le bout de son nez.. Quelle grande fierté de faire partie de ce peuple français qui a le don de se tirer une balle dans le pied et qui, dans le meme mouvement se permet de faire des leçons de morale moralisante alors que tout le monde sait bien que ce n’est pas le fait que Obono fasse le caniche pour des journalistes qui va changer notre situation.. non cette France mise sous pression préfère l’aliénation.. Cette france aux abois préfère se mentir et se renfrogner.. préfère des exercices de representation comme ceux là meme évoqués en cet article plutôt que de faire vraiment amende honorable et trainer enfin devant la justice (encore faudrait-il que celle-ci soit effective et non entravée) tous les profiteurs et les anti français qui nous gouvernent et qu’une piètre partie de la population a avalisé dans les urnes comme un toxico répèterait invariablement les memes gestes qui le condamne et le mène droit au cercueil.

Quand le bateau coule.. il y a ceux qui se tournent vers dieu de la façon la plus puérile. Ceux qui suivent aveuglement le pouvoir régit par la force, la peur et la violence d’un ou de quelques autres. Ceux qui se perdent à chercher un responsable, un « pharmakos » un bouc émissaire salvateur, voire meme plusieurs.. (mais surtout pas eux memes), ceux qui tolèrent toutes formes d’abus faits à autrui, jusqu’au moment où ce sera leur tour... 
Et ceux qui réfléchissent de façon pratique, critique et constructive, et inclusive, et pour le plus grand nombre donc. La noblesse d’âme, l’humanité, la lucidité et l’abnégation servent ces derniers et ces derniers s’en servent afin, espérons-le, de calmer certaines humeurs bilieuses, de rassembler sur des projets communs et de faire sortir leurs têtes de leurs anus ceux qui, par peur panique, et manque de littoraux sablonneux n’ont pas trouver de silice pour l’y enterrer.



Voir ce commentaire dans son contexte