Commentaire de oncle archibald
sur AUDE, ODE AU DELTA / Etang de Bages et de Sigean


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

oncle archibald 30 juillet 2017 12:04

@Jean-François Dedieu : entre les boufanelles, les fagots et les « poignées » je sais que c’est une question de taille.

Je suppose que la poignée est la plus petite, juste de quoi allumer la cuisinière qui ensuite carburait toute la journée avec des buches de chêne ou des « boulets » de charbon, ou pour raviver la flamme au moment de faire une poêlée de frites en calant bien le « tioul » de la « padène » sur le fourneau en enlevant ce qu’il fallait de « ronds » ... J’imagine que le fagot est le plus gros et la boufanelle entre les deux, mais à vrai dire je n’en sais rien.

Je revois la cuisinière de ma grand-mère qui repartait le matin avec justement une « poignée » jetée sur les quelques braises qui restaient de la veille quand on avait « secoué » la cendre. Cette cuisinière probablement luxueuse pour l’époque faisait aussi de l’eau chaude dans un réservoir sur le coté, après le four, auquel on venait puiser avec un broc de l’eau pour la « grande toilette » dans un tub (un « cuvier ») en zinc installé devant le lavabo qui n’avait qu’une alimentation en eau froide ! On fermait la bonde et on faisait de l’eau tiède dans le lavabo avec laquelle on se rinçait en puisant avec un petit pot en tôle émaillée.

Le seul instrument « à gaz » de la maison était un petit réchaud à deux feux cote à cote, en fonte émaillée, posé sur une petite table avec la bouteille de butane en dessous. Il ne servait qu’au plus chaud de l’été lorsqu’il aurait été insupportable de cohabiter avec la cuisinière allumée.

C’était radio nostalgie ....


Voir ce commentaire dans son contexte