Commentaire de Spartacus
sur La Loi Travail Macron 2 - Une machine à remonter le temps ! Volet N°1


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Spartacus Lequidam Spartacus 13 septembre 2017 12:41

@jaja

La première étape c’est l’égalité en droit et une justice identique pour tous, pas l’inégalité de patrimoine ou revenus ».

Réponse typique du gauchiste Wathaboutiste. 
Préfèrer surtout détourner le sujet que répondre sur le fond. Tellement ils ont conscience qu’ils sont incapables de répondre sur l’égalité des droits à gerber des statutaires qu’ils sont tous.....
*******
La fin de la propriété privée des moyens de production...
Mais que c’est con comme demande, et que c’est hors des réalités même minimales et même plausibles !

Vous voulez avoir les jambes de Neymard ? Son moyen de production de but ?
Vous voulez prendre beauté et la voie de Shakira ? Son moyen de production ?
Vous voulez prendre la matière grise de Larry Page ? Son moyen de production.
Vous voulez prendre le stylo de l’écrivain célèbre ?
Vous voulez prendre les moyens de production des usines ? La majorité des machines sont en Location.
Il n’y a que les zozos enfermé dans le secteur public qui croient qu’il faut posséder un moyen de production pour s’enrichir et que cela crée une inégalité sociale..... 
Vous savez les machines se louent. La matière grise, premier moyen de production est insaisissable. Et de nos jours, posséder un moyen de production est plutôt une immobilisation financière ridicule et plutôt de la mauvaise gestion.

L’égalité des salaires, nécessiterait que tous les gens soient « salariés », donc en situation de dépendance...Il y a 28 millions de salariés sur 70 millions d’habitants.... 
Salarié toute sa vie ? en dépendance, sans liberté et sans libre arbitre..Quelle vie monotone et de merde !

Imaginer que l’égalité des salaires donne l’égalité éducative est encore une niaiserie absurde...
Il y a aura toujours ds parents qui le 15 du mois n’auront plus rien avec le même salaire de départ.


Voir ce commentaire dans son contexte