Commentaire de Mélusine7
sur Entre Loire et Loiret


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Mélusine7 Mélusine7 13 septembre 15:27
 Dans les hauts-parleurs de sa voiture, Vincent D. (Delerm) se promène devant la cage des gibbons.
Olga pense à la main géante d’un gorille posée sur le sable d’une plage, séquence d’un film italien qui l’avait beaucoup impressionnée (Le Musée du Cinéma de Bruxelles n’a toujours pas réussi à mettre la main sur cette séquence, mais il doit s’agir d’un film de Fellini). Les doigts de la main du gorille agrippés aux rayons du soleil tissaient l’écheveau d’une rencontre, celle de la mer et du ciel. Aujourd’hui, un nouveau film est projeté sur les écrans de la nuit bruxelloise : « Bon voyage », avec Isabelle Adjani. 
Cette fois, la randonnée ne sera pas mortelle. 
Invitée, il y a une vingtaine d’années comme figurante pour un film, Olga s’était promenée incognito sur le tournage pour voir Adjani. Celle-ci jouait une scène de manège dans un parc d’attraction près de l’Atomium. Comme l’héroïne du film, Olga avait aussi connu une relation difficile avec son père.
A l’image de ces carroussels de foire où chaque cheval de bois course le précédent sans jamais le rejoindre.
Enfant, elle n’arrivait jamais à attraper la « floche » (rien à voir avec Nicolas Le Floch, quoique). Excepté peut-être un jour, à la Saint-Nicolas, mais elle s’était blessée.
Aujourd’hui, Olga s’est réconciliée avec les manèges, elle les regarde de loin et chaque véhicule de bois et de métal se détache de sa plate-forme pour se donner rendez-vous dans une sarabande mouvante et colorée.

Voir ce commentaire dans son contexte