Commentaire de Alter
sur Des missiles russes pour la Turquie : une épine dans le pied de l'OTAN


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Alter 13 septembre 19:50

L’OTAN appartenant aux Etats-Unis, il est donc inconcevable pour eux que les membres de cette organisation (qu’ils considèrent comme leurs employés serviles) puissent aller s’équiper ailleurs que chez eux. (c’est à leurs yeux l’interopérabilité parfaite, puis une obéissance complète de nos armées à leur délire).

"Personne n’a le droit de discuter des principes d’indépendance de la république turque ou des décisions indépendantes concernant son industrie de la défense. Nous prenons nous-mêmes les décisions sur notre propre indépendance. Nous avons le devoir de prendre des mesures de sécurité pour défendre notre pays" ’(Erdogan)

Pour un pays souverain et indépendant c’est une déclaration normale, il n ’a d’ailleurs pas à ce justifier en quoi que ce soit ni auprès des Etats-Unis, ni l’UE, ni aucun autre pays sur terre. Ce serait pas mal que nous le comprenions enfin en France. Il ne s’agit que d’un système de défense et un pays doit être en capacité de défendre son territoire contre l’agression venant d’un autre pays.
Il y a le monde des bisounours où tout le monde est gentils et obéit sagement à la voix des Etats-Unis et il y a la réalité où un pays n’accepte pas qu’un autre pays fasse la loi chez lui et surtout pas les Etats-Unis surtout quand on sait de quoi ils sont capable. (et maintenant incapable car finalement ils n’ont pas encore eu la peau de Al Assad)

De toute façon l’UE ça sent le roussi et le truc va pas tenir longtemps quant à l’OTAN si les Etats-Unis s’effondrent (ce qui pourrait arrivé), elle pourrait simplement être dissoute sans préavis.
Déjà que plus personne n’aime le dollars : Russie, Chine et Venezuela et je suis certains que tout un tas de pays aimerait faire le peau au dollars. Comme quoi... peut-être de l’anti-américanisme primaire comme dirait certain ici ou simplement de la lucidité.


Voir ce commentaire dans son contexte