Commentaire de Christian Labrune
sur L'Iran a tué mon frère pendant les massacres de 1988. Notre père cherche toujours sa tombe


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 14 octobre 2017 20:17

L’émotion contenue de Hassan Nasrallah

@njama
L’émotion d’un assassin crapuleux aux ambitions génocidaires !
Là, c’est bien le comble. Comme dirait Monsieur de Lapalisse : quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites.


Voir ce commentaire dans son contexte