Commentaire de Orélien Péréol
sur La rivière, la poule, le coq et l'œuf


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Orélien Péréol Orélien Péréol 6 janvier 2018 12:37

Même le rapport à la nature est hémiplégique : l’homme dominerait, c’est la conception commune courante depuis longtemps. En fait, l’homme crée des objets à lui utiles en cocréation avec la nature. Si l’homme avait besoin de frire un glaçon, il n’y parviendrait pas.


Voir ce commentaire dans son contexte