Commentaire de Djam
sur Petite leçon de sophistique à l'usage des bulots, par Monsieur Joffrin


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Djam Djam 8 janvier 2018 15:12

OUI il y a bien un réchauffement climatique mais NON il n’est pas du aux activités humaines. Je l’ai déjà expliqué sur AV il y a quelques mois, ce qui a généré moult discussions !

Est-ce à dire que l’on ne devrait rien changer aux fonctionnement malsains des multinationales et autres choix économiques impliqués ? Réponse : évidemment non.

L’urgence de changer de mode économique, industriel et donc politique et civilisationnel n’est même pas à discuter. C’est une évidence, une urgence en terme de santé tout simplement. Ça devrait interpeller tous ceux qui continuent à faire naître des enfants dans un monde somme toute assez pourri côté air, eaux, terre.

Mais il faut faire la distinction : les activités humaines, bien que dégueulasses dans la plupart des cas, n’ont aucun impact sur un système à dimensions cosmiques qu’aucun expert, aussi pointu s’affiche-t-il, ne comprend. Les spécialistes comprennent le climat dans une proportion assez restreinte (la planète et jusqu’à la haute atmosphère, après, ils ne font que des suppositions). Les énormes nuages de plasma solaire, pour ne citer qu’eux, n’enregistrent absolument aucune modification émanant des activités humaines, or... c’est le contraire, ce sont les « vents solaires » qui affectent tout sur la Terre. Croire l’inverse relève d’une prétention dont effectivement seuls les humains ont le culot d’afficher.

Conclusion :
OUI, il faut radicalement changer notre mode de vie au risque de tous crever de dégénérescence à tous les âges.
NON, nos activités n’affectent pas le climat, mais uniquement, et c’est déjà trop, notre santé.

Il faudra donc que d’une part, que les humains s’adaptent aux bouleversements climatiques qui ont déjà eu lieu au cours de l’existence de la Terre, et d’autre part qu’ils comprennent que l’interminable controverse sur les causes du réchauffement n’a pas lieu d’être car ce qui est urgent, impératif c’est de savoir si l’on veut continuer à sous-vivre avec maladies, dégénérescences chroniques, environnement pourri, destruction des espèces ou si l’on en profite (!) pour arrêter d’engraisser les multinationales.

Mais je gage que la grande majorité continuera à pousser leur caddy dans les hangars de la mort programmée parce que cette majorité est devenue bête, ignorante et d’un égoïsme tel qu’elle ne réalise même pas que ce sont ses mômes qui vont crever en premier et dans de sales conditions.


Voir ce commentaire dans son contexte