Commentaire de Ratatouille
sur L'homme en crise


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Ratatouille 15 mars 2018 12:57

Mais c’est pas tout

Des anticorps de la mère favoriseraient l’homosexualité du petit frère
Plus un garçon a de frères plus âgés, plus il est susceptible d’être gai quand il grandira - un effet appelé « effet d’ordre de naissance fraternel ». Maintenant, il semble que l’augmentation des niveaux d’anticorps dans le système immunitaire de la mère pourrait jouer un rôle.

Certaines femmes enceintes de garçons développent des anticorps ciblant une protéine produite par le chromosome Y. Nos systèmes immunitaires font des anticorps pour reconnaître les molécules étrangères, qui peuvent provenir de bactéries dangereuses. Mais les femmes enceintes produisent parfois aussi des anticorps contre les molécules fœtales - par exemple, si leur fœtus a un groupe sanguin différent. L’équipe de Bogaert s’est demandé si les anticorps maternels pourraient jouer un rôle dans la formation de l’orientation sexuelle.

Ils ont constaté que les mères de fils homosexuels avec des frères plus âgés avaient les niveaux les plus élevés d’anticorps contre cette protéine NLGN4Y, suivies par les mères de fils homosexuels sans frères plus âgés. Les femmes qui avaient un fils hétéro avaient moins de ces anticorps, alors que les femmes sans fils en avaient encore moins.

L’équipe suggère que ces anticorps s’accumulent dans le corps de certaines femmes avec chaque bébé mâle. À des concentrations plus élevées, il est possible que l’effet de ces anticorps sur la protéine qu’ils ciblent entraîne des changements dans le développement du cerveau qui peuvent avoir une influence sur l’orientation sexuelle.

La protéine ciblée par les anticorps, appelée NLGN4Y, est censée jouer un rôle dans la façon dont les cellules du cerveau se connectent les unes aux autres. "Cela pourrait affecter les structures cérébrales qui modèrent l’attraction". La réponse immunitaire de la mère peut altérer la fonction de ces structures cérébrales".


Voir ce commentaire dans son contexte