Commentaire de Jean Dugenêt
sur La Grande Trahison


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean Dugenêt Jean Dugenêt 30 avril 2018 18:34

@Et hop !

Je ne suis pas gaulliste mais encore moins pétainiste or il me semble qu’il y a une déformation de la réalité en présentant De Gaulle comme un collabo et Pétain comme un résistant. Je vais essayer de reprendre quelques points évoqués dans vos commentaires.

Certes un armistice n’est pas un traité de paix mais ce n’est pas non plus un simple cesser-le-feu. Il ne se limite pas à « suspendre les hostilités » comme vous le dîtes. Il fait généralement l’objet d’une convention entre les deux parties. La convention de l’armistice du 22 juin 1940 contient 24 articles.
L’article 19 stipule que « la France doit livrer les réfugiés politiques allemands ou autrichiens présents sur son sol ». Ce que vous avez formulé singulièrement en disant que Pétain n’avait pas autorité sur les allemands et les autrichiens.

A partir du moment où Pétain admet de signer un armistice, je conviens qu’il ne pouvait guère faire mieux que ce qu’il a fait. C’est le principe même de s’être engagé sur la voie d’un armistice que je lui reproche.

Il y avait deux autres voies possibles : celle de De Gaulle (La France Libre) ou celle de la résistance. De mon point de vue c’était la deuxième voie la bonne. Certes très peu de personnes sont entrées d’emblée en résistance car rien n’était organisé dans ce sens au cours de l’été 1940. Il a fallu, comme vous l’expliquez, d’une part la mise en place du STO et d’autre part la rupture du pacte Hitler-Staline pour que se mettent réellement en place des réseaux de résistance. Les maquis, quand à eux, se situaient à la fois dans le cadre de la résistance et dans celui de la France Libre quand ils étaient en liaison via Londres avec De Gaulle.

En ce qui concerne la position de De Gaulle, il se situe d’emblée dans le cadre de la continuation de la guerre en étant particulièrement clairvoyant quant à l’avenir car il décrit comment se fera la victoire.

Je n’ai pas grand chose à redire à votre dernier commentaire.


Voir ce commentaire dans son contexte