Commentaire de Méduse
sur Le tabou des mutilations sexuelles


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Méduse Méduse 4 mai 2018 21:40

@ Antoine

La notion de mariage est centrale dans le judaïsme. Ca commence ainsi avec l’épisode Adam & Eve ; l’union sexuelle prend un autre sens, elle se vêt de gravité, elle n’est plus ’innocente’.
Cette notion centrale est passée à travers le christianisme. Par exemple, on parle d’adultère concernant la tromperie dans le mariage ; mais ce mot d’adultère originellement ne désigne pas cela, il signifie quelque chose comme ’se détourner de dieu’, on trouve par exemple dans l’AT la formule ’générations adultères’, ce qui ne signifie pas que tout le monde pratiquait la coucherie hors cadre mais que le peuple juif s’était détourné du ’seul vrai dieu’. La coucherie hors mariage était un crime absolu, puni de mort, par lapidation par la communauté (le mariage est un rite social, il y a des témoins, etc, on ne s’unit pas seulement à un autre mais aussi à la communauté) ; on comparera cette sévérité avec ce que préconise la loi dite du talion. Les amants adultères n’ont tué personne mais ils sont promis à la mort ; c’est une sentence d’exception dont le fonds n’est pas le préjudice matériel mais un préjudice spirituel, métaphysique.

C’est d’après ces données que je pense que l’objet de la circoncision, si en des temps primitifs elle avait effectivement lieu au moment du mariage ou des fiançailles, était de littéralement marquer le mâle et d’empêcher l’adultère, conçu comme un attentat au dieu lui-même. Celle qui couche avec cet homme coupé sait ce qu’elle fait ; car les Juifs sont attentifs à la conscience de l’acte (ainsi la loi du talion ne s’applique pas si l’acte a été commis en toute inconscience).

Le caractère sacré du mariage, qui se confond avec le dieu lui-même, est passé dans le christianisme et se retrouve aisément dans le fait que l’anneau nuptial s’appelle justement alliance, que les promis se jurent fidélité qui n’est pas seulement placer sa foi en l’autre mais une déclaration solennelle et devant la communauté entière d’avoir foi dans le dieu lui-même (son esprit, l’esprit du mariage), etc.

.


Voir ce commentaire dans son contexte