Commentaire de Et hop !
sur Riche à partir d'un revenu net de 4 000 € / mois / UC ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Et hop ! Et hop ! 7 mai 2018 12:25

«  Avec une telle démarche, l’État (…) dégageant (…) à 104 milliards d’euros chaque année. C’est : 15 fois le budget 2018 de notre Justice. »


Les recettes de l’impôt sur le revenu des ménages ne servent absolument pas à faire fonctionner des services publics ni à investir dans des équipements publics, la totalité des 50 milliard par an est détournée et donnée à des fonds d’investissements étrangers au titre des intérêts de la dette de l’état ? On peut ajouter autant pour la dette des collectivités et des établissements publics. Ces 50 milliards sont pris au pouvoir d’achat des Français et sortent de l’économie française où ils viennent diminuer le PIB.

Commencez par mettre fin à ce détournement de l’argent des impôts qui est destiné à financer les services publics, à payer les fonctionnaires, et qui est volé.

D’autre part vous focalisez sur les capacités contributives des particuliers qui gagnent 5 000 EU par mois, mais vous ne dites rien de l’impôt sur le revenu des entreprises comme Total et de leurs dirigeants qui se font payer hors de France et qui ne payent presque rien. Là il y a des très très grosses facultés contributives.

En supprimant les 50 milliards d’intérêts dus au fait qu’une loi interdit à la banque de France de continuer à faire des facilités de caisses à l’État, et en imposant normalement tous les grands groupes et leurs dirigeants, le budget de l’État serait largement en excédent.

Une autre grosse économie serait de plafonner tous les traitements des fonctionnaires, contractuels, inspecteurs des finances, agents des services publics de radio et télédiffusion, conseillers, à la grille générale de la fonction publique.
Il n’y a aucune raison qu’un inspecteur des finances ou un directeur d’émission à Radio-France soit payé 10 fois plus qu’un médecin chef de service hospitalier ou qu’un professeur au Collège de France.

Voir ce commentaire dans son contexte