Commentaire de Mélusine ou la Robe de Saphir.
sur Le tabou des mutilations sexuelles


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 10 mai 2018 11:19

@Antoine


Je plussoie totalement. Mais votre point de vue est celui d’un homme. Pour la femme, la castration ou le sentiment de ne « pas avoir », arrive plus tôt. Dans le cas classique (hors perversion ou psychose), la mère se détourne plus aisément de sa fille que du garçon. Celui-ci pouvant encore dans un imaginaire narcissiquement auto-centré (comme chez de nombreuse femmes), la « combler ». Dans le meilleurs de cas, la mère revient vers le père, d’autant plus vite que sa fille ne peut que la décevoir,...(ce qui n’empêche malgré tout pas de nombreuses mère d’adorer leur fille comme Déméter). La petite fille, d’emblée narcissiquement fragilisée, compense par l’attente et le rêverie (les femmes ont souvent une vie fantasmatique plus riche que les hommes leur permettant de dire : plus tard,...). Ce qui paradoxalement renforce leur narcissisme blessé et la rend plus solide que l’homme face aux épreuves de la vie. 

Voir ce commentaire dans son contexte