Commentaire de kalachnikov
sur Le tabou des mutilations sexuelles


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

kalachnikov kalachnikov 11 mai 2018 01:13

@ arthes

(Je reprends mon ancien pseudo car il semble que j’inaugure une nouveau tour de vis sur le joli site citoyen : le bannissement total.)

C’est la différence fondamentale entre l’homme et la femme : dans un espace donné, l’un veut sauter tout ce qui bouge et répandre ses gènes à travers sa semence tandis que l’autre dans cet espace donné cherche des gènes favorables qu’elle transmettra à sa progéniture. L’homme est une brute aveugle tandis que la femme porte le devenir.

Je ne souscris pas à votre affaire d’identité sexuelle, ça me semble une abstraction trop complexe. Comme tu le dis, l’enfant est très autocentré et en admettant qu’effectivement il rencontre la fameuse barrière de l’inceste, la seule réponse qu’il trouve, c’est ’moi’. Et c’est aussi ce que lui renvoie son environnement. C’est ainsi que germe la culpabilité. La mère ne justifie jamais l’interdiction de dormir dans son lit par les motifs réels ’les grands ont une sexualité’, ’je fais l’amour avec ton père (ou un homme’ mais en renvoyant à l’enfant une image négative de lui-même crûment ou implicitement ’parce que tu es trop petit’, etc. Aussi, l’enfant se figure que s’il ne peut assouvir ce qui le porte, c’est de sa faute. La raison à cela est que la mère-même nage en plein tabou et est elle-même porteuse de la culpabilité.

 


Voir ce commentaire dans son contexte