Commentaire de Antoine
sur Le tabou des mutilations sexuelles


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Antoine 14 mai 2018 21:21

@kalachnikov

Bonsoir, kalach, je vais essayer de répondre à quelques une de tes intérogations :

Est-il compliqué de déterminer dans ces postures celles où l’intelligence et l’humilité gouvernent et celles où la sottise à l’absurdité le dispute ? 

A l’évidence la sottise et l’absurdité est du côté de ceux qui se prennent pour la lumière du monde et inventent des lois comme le mariage pour tous.

Celles où l’Homme s’inscrit dans le Monde et la Nature et celles où Il vagit dans un espace qui normalement n’existe pas et qu’on peut appeler Néant ?

L’homme inscrit dans le monde et dans la nature, c’est là l’homme primitif qui vit en harmonie avec le monde qui l’entoure. J’imagine que ceux qui vagissent dans un espace qui n’existe pas, ce sont les athées.

Est-il compliqué également de déduire comment l’individu, qui même devenu un animal rationnel demeure avant tout un animal intuitif, peut vivre cela ? Que notre époque soit nihiliste, que les individus soient nihilistes n’a rien d’hasardeux.

Oui, il semble que des pervers nous gouvernent.

Et bref, l’enjeu n’est pas du tout de révéler le mystère de la sexualité mais tout au contraire de donner un sens nouveau à ce mystère, un sens qui grandit l’individu et par conséquent grandit l’Humanité (l’être humain). Quelque chose comme : ’cette souffrance est terrible mais elle est nécessaire car elle est la condition, la nécessité pour que tu deviennes plus beau, plus grand’. 

C’est le principe de la circoncision. Marquer dans le corps la trace de la souffrance intérieure de l’œdipe, reconnaître la souffrance de l’enfant et lui proposer un avenir : le mariage avec une plus jeune et plus belle, plus tard. Et d’autre part transférer la cause de la souffrance de la mère vers le père.


Voir ce commentaire dans son contexte