Commentaire de kalachnikov
sur Le tabou des mutilations sexuelles


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

kalachnikov kalachnikov 16 mai 2018 22:38

@ Antoine

En fait, vous êtes traditionaliste. Je voudrais que vous examiniez quelque chose : saisissant le pain, le grand-père y trace de la pointe du couteau le signe de croix avant de le trancher et lui sait ce que ce geste signifie ; son fils reproduit machinalement le même geste et dit ’je l’ai toujours vu faire’ ; puis le petit-fils imite son père et dit ’cela n’a pas de sens’. Le suivant finit immanquablement par abandonner le rite, le jugeant crétin.

Pensez-vous très sérieusement qu’aux temps primitifs de la circoncision, tout le monde était hyperphilosophe et jonglait tout ce dont on a discuté dans ce fil ? Non, bien sûr, seule une minorité pouvait concevoir tout ça, cette minorité qui sans doute deviendra le religieux dominant et parasitant la foule des simples.
Il n’y a pas de culture sans transmission et dans une civilisation sans écrit, comment peut-on transmettre ? Par le biais des rites, non ? C’est leur fonction, peut-être, ils servent à relayer un message, des informations, par delà les générations, et de façon codée et rigide, contrairement au discours oral qui se déforme peu à peu.
Aujourd’hui, puisque par le savoir et la connaissance on a (peut-être) accès au contenu de la pensée que le rite recèle, ce rite est-il nécessaire ? Pas même, en fait, au titre de curiosité.

Le risque de votre posture, c’est qu’en vous arcboutant sur une pratique littérale, l’esprit s’étouffe parce que personne ne vous écoutera. Tandis qu’à l’inverse, si vous renoncez à cette pratique et explicitez pourquoi - parce que vous avez saisi l’esprit -,cet esprit, métamorphosé, gagnera en vigueur.


Voir ce commentaire dans son contexte