Commentaire de Jean Keim
sur Du ruissellement à l'assèchement


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean Keim Jean Keim 29 juin 2018 09:05

Je vais vous expliquer simplement comment ça fonctionne.


Imaginez un gros tas d’argent sur une table, il s‘agit des richesses produites par la collectivité, il faut le répartir.

Arrivent en premier les puissants qui se servent d’un râteau pour en ramener vers eux le plusieurs possible, au pif ils en prennent largement plus que la moitié.
Ensuite viennent leurs copains, leurs clientèles qui par un geste identique mais seulement avec leurs mains ratissent le tas restant, ils en ponctionnent encore une large part.
De proche en proche, suivant des priorités tacitement acceptées par tous le monde, des parasites en tout genre se servent suivant des règles que la loi écrite par eux impose – impose... oui, oui ! C’est bien le terme qui convient.

Et seulement vient le tour des laborieux, ils sont légion et le tas a bien diminué, et là encore chacun est servi suivant son rang.
Ce qui reste pours les derniers est insuffisant pour vivre correctement, alors les laborieux doivent en redonner pour qu’ensuite une redistribution soit faite avec au passage un détournement d’une partie de la collecte vers ceux qui on déjà tant.

Le plus incroyable dans cette histoire est que les parasites sont une toute petite minorité qui tient en coupe réglée la multitude des laborieux aidés par des forces (de l’ordre) qui pourtant elles-mêmes font partie des laborieux, c’est tout simplement incroyable.



Voir ce commentaire dans son contexte