Commentaire de McGurk
sur Et si on disait merci à Trump ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

McGurk McGurk 12 juillet 2018 15:10
L’article commençait très bien et était même instructif.

Pourtant, je ne sais trop pourquoi, l’auteur part dans des délires qui décrédibilisent totalement son papier et je me demande bien pourquoi.

Alors selon lui, la menace d’une Russie qui envahit n’importe quel pays - qu’elle considère comme son pré-carré -, on en connaît tous un exemple concret, est simplement une sorte « d’hallucination collective » alors que ce pays a des objectifs aussi inquiétants que les USA - dépeints comme le diable fait homme.

Et pas la peine d’utiliser des mots comme « euro-atlantiste » (ou « atlantiste ») pour essayer de nous convaincre que c’est simplement une « crise de russophobie ». Ce n’est pas un argument et en plus ça ne prouve rien du tout.

La vérité, c’est que la Russie est aussi nocive que les USA qui sont aussi dangereux que l’UE dictatoriale. A force de vouloir faire des « blocs », on tombe également dans le piège de la dictature à vouloir toujours investir dans une « sécurité » encore plus « optimale » - ex : la loi sur l’état permanent d’urgence et le fichage des citoyens comme des criminels.

Trump n’a ni raison ni tort, c’est simplement un abruti. Un type qui pense que tout est monnayable, même la liberté d’agir et de penser. L’ensemble de sa vie n’est qu’un « deal » - il a d’ailleurs été très tôt élevé par son père dans cette optique. Habitué à être un requin, il devine simplement quelles sont les faiblesses de ses partenaires et, évidemment, devant des mollassons à genoux, il peut faire ce qui lui chante tout en nous provoquant car c’est là son style (gros lourdaud vulgaire disant tout ce qui lui passe par la tête).

L’UE est bien sûr trop vulnérable tout simplement car pas assez organisée (vingt-huit pays à gérer c’est le chaos total) et révulse les peuples parce qu’elle n’est en rien démocratique, en plus de vouloir effacer l’identité propre des territoires sous son contrôle - une sorte d’uniformisation à la soviétique.

La Russie n’est européenne que par son territoire, sa pensée est rigoureusement opposée à celle des Européens de l’ouest. Une richesse certes mais bien loin d’une « entente cordiale » avec le reste du continent.

Voir ce commentaire dans son contexte