Commentaire de eric
sur Fantasme ou magouille ? Quand on veut tuer le loup, on l'accuse de carnage


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

eric 28 juillet 2018 09:25

Cet article sous estime la préoccupation et l’engagement écologiques de nos éleveurs de moyenne montagne ; Ils ont parfaitement conscience des enjeux. Ils sont très favorables à des solutions durables et écologiques. Sur les rochers du Dévoluy, on voit du reste fleurir les inscriptions : « pendons les écolos tant qu’il reste encore des arbres ».

« On ne peut approuver » ces blagues, « mais bien sur pas non plus les condamner ». Ce sont souvent les mêmes qui ont fait usages de cocktail Molotov à Notre Dame des lande dans l’habitat protégé du triton à crête mordoré, qui viennent expliquer aux locaux ce qu’est la préservation de la nature.

Dans le livre, « La fin du Village », le sociologue Le goff, donne le fin mot de toutes ces histoires.

Les rurbains un peu paumés, chassés des villes par le prix de l’immobilier et leur faible niveau de compétence, tentent de se créer des sinécures publiques en campagne. Adeptes de la diversité pour les migrant en ville, ils supportent très mal que le ruraux n’adhèrent pas spontanément à leur mode de vie à eux. Ceci explique leur agressivité ; Ils veulent le fric public, pour eux, et il ne veulent pas qu’autrui ait une autre opinion que la leur.

Entre ceux qui n’aiment pas la viande d’agneau et ceux qui pensent que le gluten devrait être interdit à tous car ils pensent qu’ils le supportent mal, nos campagnes ont affaire au pire depuis que Dieu à puni les égyptien pour qu’ils laissent partir le peuple.

Ne nous y trompons pas, comme les pluies de sauterelles, les pluies d’alter écolos bio ne sont pas principalement une catastrophe naturelle, mais le résultat de dysfonctionnements sociaux.

Le jour ou ces gens serviront la société au lieu de s’en servir, la régulation des loups se fera de façon apaisée.


Voir ce commentaire dans son contexte