Commentaire de Claude Simon
sur C'est la journée « Alzheimer ». Vous voulez du vécu ? En voilà


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Claude Simon Claude Simon 23 septembre 2018 20:00
@jjwaDal

Non, on est d’accord (ils ont aimé les neuroleptiques qui apportait la paix dans l’asile psychiatrique des années 50, mais en apprenti-sorciers). Et ils ont pété plus d’un patient en ayant la main lourde. Désolé, mais il y a eu du grand grand n’importe quoi.

Un naturopathe qui va justifier son raisonnement sur la base de preuves scientifiques (et cela, on ne sait jamais d’où il va tomber, ni de quel labo), c’est déjà pas mal.

Et je suis étonné la facilité avec laquelle sortent des mécanismes complexes comme la réactivation (de gluthation par ex).

D’ailleurs, il n’est pas certain que l’on est une solution à une simple faiblesse humaine, où inscrit dans un patrimoine génétique vieux de quelques centaines de millions d’années, l’entropie, allez, fait en deux cent ans, fragilise cette très lente évolution.

Bref, il ne proposera qu’une approche pour limiter les dégâts, une solution de contournement basé sur l’expérience, pas la relation de cause à effet que l’on attendra d’ailleurs peut-être longtemps (et qui sait, peut-être uniquement la sélection naturelle). La toute puissance humaine n’est pas ce que la technoscience voudrait nous faire croire, on doit marquer le pas avec l’environnement. J’ai beau regarder, mes forces viennent de la nature, certainement pas du transhumanisme ou du médicament.

Mais bon, un très bon naturopathe comme Mercola vantera les vertus du petit lait, source très importante de cystéine, qui ont disparu de la consommation courante suite à l’industrialisation fromagère. Tel médecin objectif fera lui l’apologie du même lactoserum.

Pour ne pas se casser un bras, tu connais ses limites. Et bien pour le matériel cérébral, il en va de même. Avant les processus irréversibles de sénescence, on peut quand même faire gaffe de ne pas accélérer la chute.

En tout les cas, c’est une maladie occidentale. Et connaissant sa diversité génétique, à vue de nez son mode de vie est un peu sur la sellette (sauf les amish, comme d’hab).

En tout les cas, la thérapie basée sur l’étude du génome a été un flop, ce qui tendrait à confirmer ce que j’entends chez les naturopathes : certaines maladies sont considérés génétiques, mais c’est plutôt une classification un peu exprès pour vendre de la prestation médicale.

Celle autour du Picornavirus n’a pas eu un retentissement particulier.

J’ai lu que l’hippocampe crée 700 neurones par jour max. Un facteur important serait de bien dormir.


La médecine holistique par exemple, va passer par considérer le mode de vie du patient. J’aime bien l’approche. Avec une consultation 15-20 mn top chrono, c’est mort.

Il n’y a pas non plus d’interdictions des facteurs de risques sus-cités ni même de prévention.
Désolé, mais le medoc qui essaye de bricoler mon cerveau est très clairement sur cette liste.

Quoiqu’il en soit, nous serions dans une société qui détruit du neurone. Elle mérite donc un détachement certain, si la remise en question n’est pas encore là.

Voir ce commentaire dans son contexte