Commentaire de Jean Keim
sur Le philosophe le plus dangereux de l'histoire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean Keim Jean Keim 1er octobre 2018 08:33
Penser à un poireau est une pensée sexuelle, maraîchère, culinaire, médicinale..., suivant notre penchant du moment.

Quand on commence à percevoir ce qu’est le processus de la pensée, il n’y a plus rien à redouter des pensées des penseurs, en fait chaque être humain qui a vécu, vit et vivra est un être pensant, chacun pense avec ce dont il dispose.

Quand Schopenhauer – qui a pensé – a dit que la philosophie se cantonne au monde, il aurait pu tout aussi bien dire que la pensée exprime exclusivement ce qu’elle sait, ce que la mémoire lui restitue, donc un contenu.
Le suprême tour de passe-passe de la pensée est de penser qu’il y a un contenant, un penseur qui pense, si nous sommes attentifs au déroulement du processus de la pensée, il est possible de percevoir que la pensée vient avant l’impression que le penseur pense.

Moi-je, ego, pensée, savoir, etc., et contenant ou penseur sont une seule et même chose qui a la réalité que nous lui accordons.



Voir ce commentaire dans son contexte