Commentaire de Armelle
sur Climat social : l'avertissement de… Tocqueville à Macron


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Armelle Armelle 16 octobre 2018 11:33

@Fergus
Merci pour ce lien. C’est un article intéressant, j’ai bcp aimé l’approche et la notion d’espoir en l’avenir qui finalement caractérise et constitue ce paradoxe ; C’est sans aucun doute ce qui manque dans le climat social toxique qui s’est installé depuis les années 80 et qui n’a cessé d’enfler.
Alors que, si l’empathie était là et si le monde avait qqe peu de respect pour les générations à venir, nous verrions nos programmes politiques construits et articulés autour d’un axe prometteur que serait par exemple l’écologie et le respect de notre environnement. Environnement qu’ UNE SEULE génération a trouvé le moyen de détruire dans une frénésie de consommation insensée ou consumation plutôt. Cette génération, ayant toujours le pouvoir aujourd’hui, est responsable de cette catastrophe, elle ne peut donc faire partie de la solution !!!
L’écologie ne peut constituer un parti politique à part entière, comme celui des verts, elle doit être au coeur de tous les mouvements politiques et le problème doit être traité de façon global.
A mon avis, et pour revenir à ce paradoxe, ce qui manque en politique, c’est un fil rouge, un point de mire commun à tous les citoyens mais dans cette déprime profonde, ces derniers préfèreront alimenter cette guerre immédiate et tout aussi insensée qui est celle de la chasse aux riches, la traque aux gens qui réussissent, sans doute pas jalousie, préférant voir tout le monde pauvre parce que ça rassure !!!
Dans mon métier je rencontre tous les jours des jeunes gens qui, dans un esprit totalement inverse, se dépassent et construisent des choses formidables, créent même des emplois, ce qui prouve que ce n’est pas la situation qui définit l’avenir de chacun mais bien la volonté. Attendre de la politique me semble puéril et pour en rencontrer des wagons tous les mois, je sais que tout individu sans exception, possède des compétences susceptibles d’être monnayées et qu’il serait opportun aujourd’hui de compter sur soi plutôt que d’attendre l’hypothétique patron ou le messie Elyséen pour espérer mieux... 
C’est d’abord la crise économique qui engendre la crise sociale, et la crise sociale qui engendre une crise morale, c’est ce dernier stade que nous vivons actuellement je pense, c’est dire l’ascension que nous avons à se taper !!! Et si nous ne faisons pas en sorte de redonner de l’espoir aux jeunes, les considérer, les respecter, faire ressortir leurs compétences afin qu’ils les exploitent eux-mêmes, alors oui, cette fois cette nouvelle génération aura elle les c........ pour tout casser.
Les enfants d’après guerre sont des enfants gâtés, gâtés et égoïstes, incapables de faire preuve de la moindre objectivité pour conserver leurs intérêts dans un mépris total des générations à venir. Et 68 avec ces mêmes protagonistes aura terminé de saloper cette belle société, dans une forme de « libération » tout aussi puérile et débile, avec l’instauration d’une hégémonie intellectualiste anéantissant nos savoir faire et ses pensées « new age » sociologiques à la con ayant totalement détruit « la famille », et je ne me considère pas has been en pensant qu’un enfant avec deux pères et sans mère est franchement n’importe quoi...
A chacun son avis, mais j’ai la faiblesse de penser que les observateurs du siècle prochain verront l’histoire sous cet angle...
Merci pour cet échange


Voir ce commentaire dans son contexte