Commentaire de Ecométa
sur La double malédiction des taux dans la zone euro


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Ecométa Ecométa 9 novembre 2018 11:54

@sweach

Notre « money » mondiale c’est le pétrole ! Non, le pétrole est une marchandise qui se paye en dollar ; et il n’y a pas pour l’instant une monnaie mondiale d’échanges internationaux, qu’il conviendrait précisément de créer pour éviter tout ce merdier, toute cette paranoïa et cette schizophrénie !

Un mécanisme de compensation, qui n’existe même pas avec l’Euro, ce qui est un comble, éviterait toute cette spéculation monétaire internationale à travers les marchandises.

Le Banco serait une proposition d’« étalon monétaire international ».

Le bancor servirait d’unité de compte aux échanges internationaux. La parité fixe des devises nationales par rapport au bancor serait révisable annuellement. Les banques centrales achèteraient ou vendraient leurs devises nationales pour régler le débit ou crédit de leur compte à la chambre de compensation du système, auprès de laquelle chacune dispose d’un découvert exprimé en « bancor » pour un montant initial équivalent à la somme moyenne des importations et exportations du pays au cours des trois années précédant la mise en place du système (un quota équivalent donc à leur poids économique).

Annuellement la balance extérieure de chaque pays est évaluée et tout déséquilibre est financièrement pénalisé selon un barème. Et si le déséquilibre dépasse une certaine limite, la devise est réajustée : réévaluation en cas de déséquilibre exportateur (pays exportateurs net), dévaluation en cas de déséquilibre importateur (pays importateurs net). Notons enfin qu’il était prévu une parité fixe entre d’une part le bancor et les devises et d’autre part le bancor et l’or. Cependant si les banques centrales peuvent acheter du bancor avec de l’or, elles ne peuvent échanger du bancor contre de l’or (il y aurait donc eu accumulation progressive d’or par la chambre de compensation, de sorte que le métal précieux serait petit à petit repoussé en-dehors du cadre monétaire général).

Cette monnaie internationale serait donc gérée par une « chambre de compensation » internationale instituant des mécanismes monétaires relevant d’une bonne et saine gestion, qui n’aurait rien à voir avec aucune marchandises, limiterait toute spéculation, et n’appartiendrait à aucun ÉTAT.


Voir ce commentaire dans son contexte