Commentaire de Taverne
sur Le Sens et la vie (2 / 4) : le rôle des valeurs


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Taverne Taverne 20 novembre 2018 12:45

Les Français ne respirent plus !

Aux valeurs vraies, justes et légitimes dont les Français en colère se réclament, le Pouvoir ne répond qu’à coups de rappels de principes (dont celui de l’ordre public).

Aux valeurs qu’ils défendent et qui sont pour la plupart constitutionnelles (comme le droit de regard sur l’utilisation des impôts : articles 14 et 15 de la Déclaration de 1789 intégrée au Préambule de notre Constitution), on leur oppose un simple principe de Finances publiques (celui de non affectation des recettes aux dépenses). Or deux arguments au moins sapent à la base cette réponse malhonnête :

1 Un principe est inférieur à une valeur. En outre, il comporte des dérogations et des exceptions.

2 C’est le Pouvoir lui-même qui invoque cette affectation de l’impôt à la transition écologique. Le principe est donc invoqué selon la fantaisie des gouvernants. Il est mis en avant pour collecter une taxe et pour nous empêcher de nous assurer que cette affectation est effective.

D’autres valeurs fortes et légitimes valent plus que les principes. Il en va ainsi par exemple :

du principe de l’égalité devant l’impôt, principe constitutionnel qui exige de créer une justice fiscale.

Autre revendication : le droit de voir clair dans les comptes publics. Or, le Pouvoir fait exprès de créer un embrouillamini incompréhensible pour que le Citoyen n’y comprenne rien.

Et j’en passe. Cela pour dire que ce sont les valeurs qui doivent primer sur les principes et que les valeurs ne sont pas figées comme le croient nos gouvernants. Vox popupli vox dei est une règle qui trouve aussi à s’appliquer quand on n’est pas atteint de surdité.


Voir ce commentaire dans son contexte