Commentaire de Nicole Cheverney
sur La guerre des classes n'a pas cessé, c'est sûr ! Volet N° 1


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Nicole Cheverney Nicole Cheverney 27 décembre 2018 19:18

@cevennevive

Bonsoir et merci de votre appréciation.
Je suis comme vous, j’ai toujours été révoltée par les salaires mirifiques octroyés à des personnages tels qu’un Carlos Gosnh dont on se demande bien quel est son mérite sinon d’avoir fait une ou deux OPA ou redressement de société. Rien de bien héroïque en fait. Mais j’en tire une leçon, l’être humain qu’il est se retrouve aujourd’hui confronté au quotidien le plus sordide : la geôle, l’humiliation des gêoliers, puisque l’on dit que les prisons japonaises sont très dures. Bien que je n’aime pas tirer sur l’ambulance, de roitelet d’entreprise, il redevient simplement un humain nu et cru, et ce qui devrait faire réfléchir tous les autres qui continuent de s’enferrer dans l’erreur en se croyant inatteignables. Personne ne l’est.
Une seule question le concernant : vue la puissance de l’Oligarchie et la position internationale du Japon allié indéfectible de l’Occident, quelle est la part d’indépendance des japonais pour cette arrestation et mise en prison de Carlos Goshn ou alors, quelque chose de bien plus internationalement stratégique se profilerait à l’horizon, avec l’élimination de C. Goshn, en tant que PDG de cet empire industriel automobile ? Je me pose la question.
Les détracteurs de gilets jaunes n’ont toujours pas compris les ressorts profonds qui animent toute « révolution ». Trop d’accumulation de mépris et d’injustices, le manque d’empathie, aussi de ces classes très privilégiées qui considèrent le peuple comme un ramassis de « ploucs » et osent l’avouer très haut. Ce qui est inconcevable. Ils forgent les armes psychologiques des gilets jaunes, parce que les mots « tuent ».

Je vous souhaite une très bonne soirée.


Voir ce commentaire dans son contexte