Commentaire de Thierry SALADIN
sur La guerre des classes n'a pas cessé, c'est sûr ! Volet N° 1


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Thierry SALADIN Thierry SALADIN 28 décembre 2018 14:39

Bonjour Fergus,

Le 28 décembre à 09:18, vous me répondez :
(...) mais tout le monde comprend bien ce que TINA veut dire. (...)

Je vous accorde que tout le monde comprend ce que TINA veut dire. De même que tout le monde comprend le sens du regrettable fèque niouze.
Mais la question n’est pas là.

La question : c’est que le mot « alternative » n’a pas le même sens en anglais et en français.
Chez nous il veut dire : choix entre deux options. Où bien c’est l’une, ou bien c’est l’autre.
Pour les Anglais il a le sens de solution, d’option.
C’est toute la différence.

Or votre proposition, certes améliorée, néglige ce point.

Parce qu’à votre « Il n’y a pas d’alternative à l’ultra-libéralisme », certains pourraient vous répondre, toujours au sens français du mot alternative : « Mais si, mais si, il y a une alternative à l’ultralibéralisme, ce serait de choisir par exemple entre la voie du marxisme ou bien celle de l’anarchie. Et ce pour arriver au communisme."
Le communisme étant ici avec l’ultra-libéralisme (= le capitalisme) l’une des deux options de l’alternative au sens français du terme.

Au-delà de cette allusion politico-historique, à la rigueur on pourrait accepter pour TINA : « il n’y a pas de solution alternative à l’ultra-libéralisme »
Bien cordialement.

Thierry Saladin


Voir ce commentaire dans son contexte