Commentaire de Hervé Hum
sur La guerre des classes n'a pas cessé, c'est sûr ! Volet N° 1


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Hervé Hum Hervé Hum 30 décembre 2018 10:17

@Nicole Cheverney

Non, vous vous leurrez, votre article n’est en rien "un triste condensé, oui, de la situation dans laquelle nous a plongé directement le renoncement des gouvernements que nous avons élus depuis quarante-ans« .

Parce que votre article oubli tout simplement les quelques milliers d’années qui ont fait la situation actuelle.Oubli justement que la situation actuelle est la normalité du système capitaliste et les années d’après 2ème guerre mondiale, une exception à la règle.
 
Ce que vous dénoncez dans votre article n’est donc que la remise aux normes du système, car sinon, l’histoire ne nous parlerait pas des luttes de classes passés où les conditions de vie et de travail du prolétariat était 100 fois pire qu’aujourd’hui.

La manipulation des masses n’est pas un fait nouveau, mais une condition du système et ce qui serait nouveau, c’est précisément de ne plus se laisser manipuler, or, cela passe nécessairement, obligatoirement, à la seule condition de ne plus penser avec le même mode que ceux qui nous manipulent et donc, faire reposer sa pensée sur sa propre analyse et non en réaction à l ’action du manipulateur, comme est votre article et la quasi totalité de ceux qui dénoncent le système .

En l’occurrence, comprendre que la souveraineté du peuple au sens où vous l’entendez, n’existe pas, n’a jamais existé et ne peut pas exister sous le s système capitaliste, dominant la société occidentale depuis quelques milliers d’années. La souveraineté, a toujours été celle des maîtres et faire croire aux serviteurs que c’est la leur est de la pure manipulation, permettant d’envoyer se faire s’entretuer les serviteurs des différentes nations.

Anatole France le disait ainsi »on croit mourir pour sa patrie et on meurt pour les industriels" aujourd’hui, vous parlerez des financier, oligarques ou hyper classe, mais ce sont les mêmes.

Enfin, vous ne pouvez pas établir des relations de paix entre pays pour permettre une économie relationnelle équilibré, donc juste et paisible, avec la souveraineté des nations, parce que celle ci n’a de sens que dans un monde en concurrence, en conflit d’intérêt où les rapports sont basés sur l’épreuve de force perpétuelle et nécessite des chefs pour mener le combat. Toute relation exige, implique, de se plier à des règles communes où donc, la souveraineté ne s’applique que pour trahir la relation et la rendre caduque, donc, revenir à une situation de conflit. Ce n’est pas une théorie, c’est une loi physique, logique causale inviolable.

Prenez l’exemple dans votre famille, la paix peut être véritable, que si tous les membres acceptent de se soumettre aux mêmes règles, sinon, c’est le conflit perpétuel. Ici, je ne parle pas de savoir si les lois sont justes ou non, simplement que toute relation paisible exige que les protagonistes, acceptent de se soumettre aux règles communes et donc, renoncent à leur souveraineté à l’intérieur de la communauté et ne l’invoquent que pour en sortir.

Défendre une souveraineté du peuple français au sens où vous l’entendez (car la notion de peuple peut être étendue à toute l’humanité, ainsi que la démocratie) qui n’a jamais existé et ne peut pas exister dans le système actuel est absurde et relève autant du déni que de la manipulation.


Voir ce commentaire dans son contexte