Commentaire de Julien Esquié
sur Les chiens de garde


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Julien Esquié Julien Esquié 11 janvier 2019 14:25

@Christian Labrune

A-t-on jamais vu l’un aller sans l’autre ?

Mieux vaudrait par ailleurs, ne pas donner à l’événement une dimension qu’il n’a pas. S’agit-il bien d’un mouvement de masse ? Sur quoi ceux qui le soutiennent se basent-ils ? Soit sur leur expérience personnelles (nous sommes nombreux à l’entrée ouest de la ville... mais, par ailleurs, les entrées est, sud et nord sont libres), soit sur les sondages. Il est quand même permis de se marrer. Les Gilets jaunes débinent les médias sur tous les tons, parce que les médias seraient aux ordres... on ne sait de qui. Comme si FACEBOOK n’était pas lui aussi aux ordres ! Ou bien Mark ZUCKERBERG serait-il le Lénine du XXIe s. ? Quoi qu’il en soit, on ne peut pas, à la fois, tirer à vue sur des médias dont on dit qu’ils mentent et se prévaloir de sondages qui sont commandés et publiés par ces mêmes médias, lesquels passent commandes auprès entreprises dont j’aimerais qu’on m’explique en quoi elles sont indépendantes.

Un polémiste, voici quelque chose comme 15 ans, à propos de l’école, et notamment de l’école publique, a parlé, non sans une certaine maladresse, de « fabrique du crétin ». Ce qu’on essaie de nous faire croire, aujourd’hui, c’est que cet enseignement dégradé aurait abouti à ce qu’une population, en quelques semaines, accède au degré le plus élevé de la conscience politique.

Faut-il commenter ?


Voir ce commentaire dans son contexte