Commentaire de oncle archibald
sur Gilets jaunes : une violence légitime ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

oncle archibald 11 janvier 17:01

"Car peut-on vraiment mettre sur le même plan la violence des cités - qui a pour fondement le rejet de la France et la défense de trafics plus ou moins crapuleux - avec celle d’une immense part de la population qui a été victime d’un déni de démocratie caractérisé lors des dernières élections de 2017 ? La réponse est contenue dans la question.« 

Cet extrait de l’article, mais bien d’autres aussi, permettent de bien définir le »mouvement des gilets jaunes« . Leur contestation ne s’inscrit pas dans le fonctionnement de nos institutions. Elle ne peut être approuvé par aucun citoyen attaché à l’exercice des lois républicaines et la violence est très néfaste à l’ensemble de la population.

Un déni de démocratie les dernières élections ?? MONSTRUEUX MENSONGE !

Ce sont les abstentionnistes qui n’ont pas apprécié la portée de leur geste !

Le moins que l’on puisse dire est qu’il y avait du choix au premier tour de la présidentielle et que le jeu était ouvert. Des candidats qui voulaient changer les règles du jeu en modifiant la constitution voire en souhaitant en écrire une de complètement nouvelle il y en avait plusieurs. Des candidats qui voulaient »faire payer les riches« il y en avait plusieurs aussi, souvent les mêmes.

Le deuxième tour était un vote contre et non une adhésion au programme de Macron ? Oui mais qui était arrivé en tête du premier tour sinon Macron ?

Même en admettant que ce deuxième tour ne soit pas un plébiscite pro Macron, il restait les législatives pour envoyer au Palais Bourbon une majorité qui l’empêche de mettre en œuvre son programme !

Force est de constater que rien de cela ne s’est passé. LE DENI DE DEMOCRATIE EST LE FAIT DES ABSTENTIONNISTES. Ils n’avaient qu’à s’organiser et s’exprimer dans les urnes pour prendre le pouvoir sans que personne ne puisse le contester.

Il est clair par contre que le mouvement des gilets jaunes lui est bien clairement antidémocratique. Crier Macron démission alors que sa légitimité républicaine est parfaitement incontestable et que tout le monde le sait c’est vouloir prendre le pouvoir en dehors des règles de la république.

Manifester sans demander aux autorités locales une autorisation en précisant les lieux et heures de la manifestation c’est clairement sortir des règles de la République.

Se prétendre majoritaire sans que ce soit vérifiable par un comptage de bulletins après un vote c’est tout simplement une affirmation gratuite et sans aucun effet.

Se prétendre un mouvement pacifique et ne jamais condamner la violence, les vols, les saccages, qui accompagnent les manifestations, c’est une ambiguïté d’autant plus perverse qu’en même temps certains Gilets Jaunes nous expliquent que sans violence ils n’auraient rien obtenu. Ce qui est vrai mais qu’ils dénient aujourd’hui en criant que les mesures prises en urgence par le gouvernement en faveur des plus petits revenus »ne sont rien" !

Quant aux conséquences financières et sociales des violences et exactions commises à l’occasion de ces manifestations elles sont énormes et même si nous n’avons pas été directement concernés nous en serons tous victimes.

Des commerces et des entreprises empêchés de travailler ont déjà mis leurs salariés en chômage technique, les plus fragiles ne vont pas survivre et leurs employés seront définitivement au chômage.

Les réparations des dégâts occasionnés aux biens publics seront payés par nos impôts et taxes, ceux occasionnés aux entreprises assez solides pour survivre, par exemple les sociétés d’autoroute, seront payés par leurs clients sous forme d’augmentation des prix de vente, et tout le monde verra ses primes d’assurances augmenter pour le risque émeutes et attentats.


Voir ce commentaire dans son contexte