Commentaire de Bruno Hubacher
sur L'extraterritorialité et ses larbins


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Bruno Hubacher Bruno Hubacher 24 janvier 17:53

@HELIOS
Je ne sais pas où vous étiez chercher le bisounours, mais je m’interroge, de manière générale, sur la viabilité du système économique dans lequel nous vivons, et là, j’avoue, j’ai des doutes.

Je ne sais pas si vous vous en êtes aperçu, mais ce n’est pas dieu qui l’a crée mais bien l’homme, contrairement à ce que les experts nous suggèrent.

La réorganisation du mode de production et des échanges peut donc se faire demain. C’est une question politique que la société doit se poser démocratiquement.

Par conséquent, on peut se demander, entre autre, si c’est dans l’intérêt des français, ou des européens, si leurs entreprises vendent des centrales nucléaires ou des centrales électriques à charbon, comme dans ce cas précis d’Alstom, en Indonésie ou en Chine, ou que sais-je, plutôt que d’investir dans les énergies renouvelables en France et, pourquoi pas, en Europe, décision (s) que les employés pourraient très bien prendre eux-mêmes, collectivement.

Faites-mois confiance, ils ne décideraient pas de délocaliser ni de payer leurs patrons des salaires hors de proportion ni de distribuer des dividendes exorbitants. D’ailleurs, de telles entreprises existent déjà, et pas les moindres, en Espagne, par exemple. Une d’elles s’appelle Mondragon, septième entreprise espagnole, chiffre d’affaires 12 milliards EU, 73’000 employés. 


Voir ce commentaire dans son contexte