Commentaire de ninportequoi
sur L'extraterritorialité et ses larbins


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

ninportequoi 26 janvier 17:26

@Spartacus
 « une absence de liberté de marché, et donc de capitalisme ».
Le capitalisme s’est historiquement développé dans toute sorte de cadres : le colonialisme, l’esclavagisme, l’apartheid, le nationalisme, le nazisme (toute la grande industrie allemande a financé l’arrivée au pouvoir d’Hitler), différents fascismes, d’innombrables dictatures et même le capitalisme d’Etat.
La tendance naturelle des entreprises capitalistes n’est pas le libre marché, c’est au contraire la recherche active des monopoles, des positions dominantes, des cartels, des ententes illicites sur les prix, des marchés publics, de l’appui des Etats, etc.

Donc dire que le capitalisme et la liberté de marché c’est la même chose est une énorme ineptie. Il faut être totalement aveuglé par une idéologie et par sa propagande pour affirmer des choses pareilles. Ou il faut aveuglement confondre ses illusions néo-libérales avec la réalité.

Le capitalisme Américain cherche à s’adapter face à la mondialisation avec l’aide de l’Etat fédéral Américain. Nous sommes dans une situation d’impérialisme qui s’aggrave rapidement Cet impérialisme prends toutes les formes : industriel, financier, monétaire, diplomatique, militaire (car tout est lié).

Nous venons de passer par un cycle de libéralisation économique. Les Etats se sont affaiblis et ont laissé faire. Ce cycle se termine. Les Etats, et en tout premier lieu l’Etat Américain, reprennent les affaires économiques en main. Ce fut toujours plus ou moins le cas discrètement, mais maintenant cela se fait ouvertement.

Autant dire que votre tour est passé, que vous reprenez dans vos milliers de commentaires l’idéologie d’hier, celle qui fut l’idéologie dominante des 40 dernières années, celle qui nous a abreuvé (avec un total succès dans votre cas) pendant tout ce temps.
 Les temps changent et vous ne vous en êtes pas encore aperçu.


Voir ce commentaire dans son contexte