Commentaire de JL
sur Venezuela : le libérateur et le dictateur


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Francis JL 27 janvier 2019 09:09

@machin
 
 Vous dites de spartacus : ’’C’est impossible, humainement d’avoir, gratuitement, l’esprit aussi pourri, quel qu’en soit le salaire à moins, bien évidement, d’être sinistrement aliéné et/ou d’avoir l’âme d’un bourreau.’’

 
 
La bêtise insiste toujours ; les imbéciles sont redoutables.
 
 


Voir ce commentaire dans son contexte