Commentaire de lloreen
sur Gilets jaunes, comment aboutir ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

lloreen 31 janvier 2019 11:08

Depuis le 18 juin 2015, il existe un conseil national de transition de France, créé par un collectif de français, en quelque sorte précurseurs des « gilets jaunes » dont on sait qu’ils ont été instrumentalisés comme tous les mouvement, avec un double objectif.

Le premier est la ridiculisation de la dissidence qui n’a, forcément, pas droit à la parole, hormis ceux de « façade » balancés lors des débats télévisés pour faire face aux larbins des plateaux télévisés pour susciter l’opprobre des téléspectateurs mais dont le manège, ridiculement servile, a fini par faire ouvrir les yeux des plus ankylosés, ce qui explique les manifestations des « gilets jaunes » devant tous les médias appartenant à l’oligarchie et l’engouement croissant des français pour internet qui permet la diffusion des vidéos en direct et l’exposition des horreurs commises envers le peuple français par la milice para-militaire du gouvernement (l’eurogendfor, créée par Alliot-Marie ,l’ex-ministre de la défense des intérêts oligarchiques) aux yeux du monde entier.

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2013/08/20/27859801.html

Le second est la « justification » de la répression de ce régime totalitaire qu’est devenue la république de Macron afin de ramener « l’ordre » (oligarchique), face à ce peuple de « fainéants, sans-dents, réfractaires (à la dictature) et autres qualificatifs encore en suspens mais sans doute peu flatteurs envers ceux qui se révoltent car ils en ont assez de faire éternellement les frais des exactions d’escrocs, d’imposteurs et autres énergumènes véreux installés au gouvernement et vivant aux frais d’une majeure partie de la population, exsangue.

Sans oublier que la situation calamiteuse du pays ravit aussi tous qui trépignent d’impatience,le sourire en coin, à l’idée de s’installer rapidement dans le siège encore chaud, rabotant et ponçant leur programme de façon à le rendre assez alléchant aux yeux des français -qui ont pourtant lancé un message sans équivoque consistant à refuser dorénavant la politique politicienne qui a fait les beaux jours de tous ces chefs de partis dont l’entreprise subventionnée par les deniers publics leur a permis de mener un train de vie très confortable... et tout à fait euro-compatible, les affaires étant les affaires...

C’est donc la raison pour laquelle un conseil national de transition de France a été créé le 18 juin 2015, pour l’instant le seul organe légitime du peuple français dans la mesure où il se fonde sur les dispositions de la DDHC de 1789 ayant valeur supra-légale et notamment sur ses articles 2, 3, 12 et 35 (constitution du 24 juin 1793) et que la France n’a plus de constitution en vertu de l’article 16 de la DDHC (1789), suite au coup d’état du 5 décembre 2016 (décret Valls).

https://www.legifrance.gouv.fr/Droit-francais/Constitution/Declaration-des-Droits-de-l-Homme-et-du-Citoyen-de-1789

Ce conseil national de transition de France a mis en place des commissions dans lesquelles chaque français qui le souhaite peut participer.

https://www.conseilnational.fr/

Ce conseil national de transition de France a élaboré un programme, a crée une »Cour Suprême" et ouvert un recrutement pour la Néo-Pol chargée d’assurer la sécurité des français.

https://www.conseilnational.fr/transition-programme/

https://www.conseilnational.fr/les-commissions-de-la-transition/

https://www.conseilnational.fr/proclamation-dune-cour-supreme-francaise/

Néo-Pol, les explications d’Eric Fiorile, porte-parole du CNTF.

https://www.youtube.com/watch?v=f-5bAr-FaxY&t=168s

Vidéos avec Marc Granier, un ex CRS arrêté et interné de force sur ordre du préfet (donc de Macron...) lors de la manifestation du 5 Mai 2018 et suite à ses déclarations sur les crimes d’état lors de cette interview avec Eric Fiorile.

https://www.youtube.com/watch?v=GqkX2px04VM

Vidéos avec Eric Fiorile et Marc Granier.

https://www.youtube.com/watch?v=Thhl_uKTDrI&t=1416s


Voir ce commentaire dans son contexte