Commentaire de Emile Mourey
sur Du temps de Dominique Perben au Chalon-sur-Saône d'aujourd'hui : ma descente aux enfers à cause de Bibracte. Oui, j 'insiste


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Emile Mourey Emile Mourey 5 février 22:49

@Antenor

Non, je ne puis accepter que mon pays soit tombé aussi bas et à un tel point d’aveuglement, jusqu’a se ridiculiser en cherchant l’origine de notre pensée dans des trous que l’on creuse et qu’on rebouche, et cela éternellement comme le tonneau percé que les Danaïdes étaient condamnées à remplir. Nous sommes dans l’absurdité la plus complète et je ne comprend pas qu’un ministre de la Culture puisse tolérer un tel obscurantisme.


Voir ce commentaire dans son contexte