Commentaire de velosolex
sur Woody Allen, une carrière en deux parties


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

velosolex velosolex 15 février 2019 23:09

Wonder whell, blue jasmine, l’homme irrationnel. Bon dieu quels films. Le vieux Woody que je croyais mort et enterré, ne sortant plus que des bluettes sympas mais bien vides où il hystérisait avec de belles égéries, m’a vraiment étonné après avoir réalisé toute cette série, qui est partie de« match point » ; il y avait quelque chose de nouveau, un peu cynique et tenant du polar bien incisif à la Hitch dans ces films qui m’ont fait pensé aux frères Coen. Bien sûr un film comme « intérieurs », qui remonte aux années 70 avait ces promesses, mais il trimballait toujours ce ton un peu bavard des films français, cabotins, qui pour moi sont des arrêts sur l’image, le contraire du cinéma, sauf exception à la Rohmer, ou il réussissait parfois, et qu’il ne peut s’empêcher d’ailleurs de remettre sur la pellicule. Il y a aussi ce troisième Woody inspiré par les grands comiques, qui nous a fait tout de même quelques réussites, genre « zelig ». 


Voir ce commentaire dans son contexte