Commentaire de Paul Leleu
sur Sexisme, la véritable cible


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Paul Leleu 9 mars 2019 20:41

oui, bien-sûr les causes sociétales ont largement (mais pas entièrement) servi à masquer la lutte des classes...

Par ailleurs, le Capital est toujours en recherche de nouveaux marchés. Soit en créant des besoins artificiels (industrie, publicité), soit en allant manger les concurents, soit en allant coloniser (extensions géographiqiue), soit en créant un monde virtuel où faire des affaires (internet), etc. Soit encore en allant conquérir la Lune et le Cosmos, pour y étendre sa logique.

Il me semble que l’intimité humaine est également un terrain d’expension pour le Capital en quête de nouvelles terres. Il faut « objectiver » les rapports humains, pour pouvoir les « quantifier », afin de pouvoir les transformer en nombres, et donc ultimement les monétiser. (la prostitution ou la pornographie ne sont que les aspects les plus caricaturaux et minoritaires de cette tendance).

Les communautés informelles (et non monétisables) ont toutes été attaquées et détruites par le Capital... ce furent d’abord les communautés locales, la famille élargie, le village, la communauté religieuse. On s’attaque ensuite à la Nation, mais aussi à la famille restreinte (l’épidémie des divroces et la précarité relationnelle n’est pas un hasard). Je pense qu’un certain féminisme va dans cette direction.

La conception narcissique et quantifiable des rapports amoureux entre dans cette logique. On parle des « mères-célibataires » y compris chez les gilets-jaunes. Mais cette incapacité à entrer dans des relations de couple constructives a été façonnée en profondeur par le Capital (notamment via l’industrie culturelle).

Les gens refusent par principe toute verticalité : « ni dieu ni maitre ». Mais à la fin, ils ont un dieu (leur narcissisme) et un maitre (l’argent).


Voir ce commentaire dans son contexte