Commentaire de Pascal L
sur Eloge de l'accroissance


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Pascal L 11 mars 2019 11:55

Le monde ne doit pas être vu comme un système statique, dans lequel la quantité de ressources est fixe.

Les hommes préhistoriques qui étaient moins d’un million ont déjà été confronté à un monde de ressources limitées et ils ont trouvé les solutions qui permettaient la croissance pacifique de la population. L’invention de l’agriculture et de l’élevage ont permis de repousser les limites de l’époque. Même l’invention de l’écriture a permis de repousser les limites d’une époque permettant le développement du commerce et les grandes concentrations humaines.

Ce qui est important, c’est de libérer l’imagination et le financement de la création de richesse pour permettre à d’autres inventions de prospérer. C’est parce que le modèle financier que nous avons mis en place depuis la fin du siècle dernier est incapable de financer le progrès que nous nous trouvons face à un mur. Les financiers ont également une vision statique du monde qui les avantage mais qui est un frein à l’innovation de rupture. Dans un monde de ressources rares, la guerre est la seule issue possible. Le développement de ressources nouvelles n’est pas un luxe, c’est un besoin vital de l’humanité.

La critique de la croissance doit être complètement repensée. La croissance des ressources n’est pas un mal, mais la croissance de la consommation n’est pas un bien. La frénésie de consommation de certains de nos contemporains doit être étudiée. Il me semble qu’elle provient d’un sentiment généralisé de de déclassement que l’on cherche à compenser par des signes extérieurs et superficiels. Cela pourrait être corrigé, non en augmentant le sentiment de culpabilité, mais au contraire en augmentant la dignité de chaque individu. Si chacun est reconnu pour ce qu’il est et qu’il a confiance dans ce que le système peut lui apporter, il ne cherchera pas de compensation ailleurs.

Enfin, soyez positif ; il faut être positif pour résoudre les problèmes de notre monde.


Voir ce commentaire dans son contexte