Commentaire de sls0
sur Le couvercle du soleil


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

sls0 sls0 17 mars 15:58

@alinea
Je ne sais pas si je suis décroissant mais je consomme entre 58 et 64kWh par mois.
Ma consommarion d’essence se situe à un gallon par mois.
Dans ce mois je consomme que 2-3 fois du boeuf.
S’il y en a qui sont au même niveau c’est sans problèmes que je discute sinon en face j’ai un yakefocon gaspilleur.
Le nucléaire c’est dans des pays de gaspilleurs et ensuite ils viennent se plaindre. C’est un peu comme des enfants gâtés qui se bourrent de friandises et qui se plaignent du taux de caries.
Chaque pays sa culture, chez moi c’est coloré mais il y a aucune excision. Difficile de faire des corrélations par rapport à ses concepts, son habitus.
Comparer au niveau nucléaire les pays c’est pareil.
L’URSS et le Japon on fait le choix du BWR, un peut le pétard dans une casserole et son couvercle. D’autres ont choisi le PWR, là c’est un cocotte minute prévue pour contenir la pression du pétard.
Ensuite il y a le culturel, en URSS c’était le parti le chef, difficile de le décevoir d’où la sorti des clous ou procédures.
Au Japon, c’est un mafia de caste ou l’esprit libéral est très présent. C’est très hiérarchisé.
Là l’étude tsunami avec le Chili comme base aurait fait bondir en France et pas seulement ASN, coté concepteur il y aurait eu des fuites vers la presse et ONG.

En France il y a eu des incidents avec fonte de combustible, c’était des centrales au CO2 du coup c’est passé au PWR.
En PWR, il y a eu un accident très grave, TMI. Le coeur à fondu mais vu la conception pas de gros problèmes extérieurs. C’est un cout.
Suite à TMI en France la sûreté à changé. On a pris en compte le facteur humain et égonomique.
TMI c’est une erreur humaine d’interprétation du problème, la salle de commande toutes les alarmes étaient allumées difficile de trouver la cause.
L’humain est ainsi fait, dans le stress et l’urgence il a plus de chance de se tromper que de bien agir.
Maintenant l’humain ne touche plus à partir d’un certain niveau de problèmes, ce sont des automatismes qui mettent en situation de repli et il y a des fiches reflexes pour accompagner en repli. On essait pas de rattrapper le coup, ça s’arrête.
Ça un cout un arrêt, parfois il serait éconnomique de l’éviter, c’est techniquement impossible depuis TMI.
Les accidents qui ont modifié la sûreté en France c’est TMI, même conception. Thernobyl pas trop, conception franchement différente et sorti hors des clous suite à un parti puissant, hors mentalité française.
Fukushima de conception différente mais a fait prendre en compte le presque pas possible, le cumul invraisemblable et surtout le risque innondations.
Prendre exemple sur d’autres pays pour se faire peur, ok pour TMI, même conception et à peu près une même organisation.
Tchernobyl, conception différente, plus ça chauffe, plus la radioactivité augmente, le PWR, la montée en température étouffe. C’est un peu comme être dans une descente sans fluide de commande de frein, le BWR, c’est l’huile de freins d’une voiture et le PWR l’air du circuit de freinage d’un camion.
Sans huile la voiture ne freine pas, sans air les freins du camion sont bloqués.
L’accident de Tchernobyl n’a pas eu d’impact au niveau conception chez nous, au point de vu organisationnel, pas de parti puissant pour obliger de shunter des sécurités.
Fukuhsima est de conception différente, plus proche de Tchernobyl. Par contre vu le cumul de galères non prévu à la conception, il a été demandé d’analyser et de mettre les parades adéquates. C’était déjà un peu sur les rails suite aux risques attentats.

Si on ne veut plus de nucléaire en France, on fait comme en Allemagne, c’est un peu un fiasco.
Sinon on gaspille moins. Là le français gueuler il sait faire contre la faute des autres mais quand ça touche son univers il gueule aussi.

Je vous ai écrit ces mots avec une électricité garantie 0% nucléaire.


Voir ce commentaire dans son contexte