Commentaire de ZenZoe
sur Massacre raciste à Christchurch : « on ne nait pas raciste, on le devient »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

ZenZoe ZenZoe 18 mars 2019 18:33

Les écoliers australiens ignorent les 60 000 ans de l’histoire aborigène.

Bah non, plus vraiment depuis les années 1970 et la fin de la White Australia Policy. Il y a eu de gros progrès de faits par les pouvoirs publics, et les Australiens eux-mêmes ont beaucoup évolué sur le sujet, grâce à la littérature faisant une large place aux autochtones (ex Sally Morgan et « My place » qui fut un énorme succès au début des années 80), grâce à des groupes de rock comme Midnight Oil, des acteurs renonnus comme David Gulpilil et bien sûr quantité d’artistes plasticiens. Essayez aujourd’hui de trouver un écolier australien qui n’ait jamais entendu parler du Dreamtime, vous aurez du mal !

Bien sûr, le racisme « anti-abo » est toujours présent, Et le fait que les Aborigènes aient du mal à faire un choix clair entre le mode de vie à l’occidental et le leur, le fait que des accusations de corruption existent concernant des subventions qui leur sont allouées, tout ceci complique l’affaire.

La situation en Nouvelle-Zélande est un peu différente. Les Maoris étaient des guerriers, reconnus comme tels par les Occidentaux et ont eu droit à un peu plus de respect. Le traité fondateur de la Nouvelle-Zélande, le traité de Waitangi, fut signé avec les autochtones (pas tous). Aujourd’hui, les Maoris s’estiment tout de même lésés et ont obtenu des concessions afin que leur culture soit reconnue comme partie intégrante du pays. Des frictions continuent ceci dit.

J’écris tout ça pour dire qu’il faut arrêter à un moment donné d’invoquer le passé de ces deux pays pour critiquer des politiques actuelles. Pareil quand on parle du passé colonisateur de la France. C’est aujourd’hui que ça se joue.


Voir ce commentaire dans son contexte